Partiels = perdition (ou pas ?)

Dans quinze jours, j’ai mes partiels (notre école a toujours un petit décalage avec les dates de fac). Le stress monte ! Et ça ne m’aide pas à réviser … Un peu de stress est bénéfique, trop et ça ne nous booste plus. Ça nous paralyse. Ou ça nous embrouille, au choix.

Du coup, je tente de développer des stratégies pour m’aider à être rentable quand je révise.

  • La tentation de geeker, de bouquiner quand je suis censée apprendre mes cours est tellement forte … Alors, moi qui aime m’organiser, maîtriser, je découpe mon temps à l’avance. Je suis du matin donc je me dis, par exemple, que de 8h à 12h je bosse d’arrache-pied. Quatre heures à fond avec une pause de quinze minutes au milieu. Puis une pause déj bien méritée pendant laquelle je peux faire ce que je veux : lire, regarder des vidéos, voir des amis … Bref, prévoir son temps, c’est visualiser concrètement ses objectifs. Il devient plus facile de les atteindre quand on sait où on va.
  • Organiser son espace de travail. Surtout moi qui suis maniaque sur les bords. Si mon bureau est en bazar, ma chambre sale, je ferais un brin de ménage avant de m’atteler aux révisions. C’est aussi savoir où travailler le mieux. Dans ma chambre rangée, je sais que je suis efficace. Pour certains, même à cette condition, ça ne sera pas possible. Direction la BU ?
  • Avoir un rythme de vie optimal. Je dis ça car je suis actuellement épuisée. Je m’endors en cours, sur mes fiches de révisions, même dans le tram … C’est décidée. Je me remets à des horaires de grand-mère : dodo à 22h30 après une tisane et un bon bouquin. Déconnexion des écrans et des cours une heure avant, sommeil optimal (normalement) et réveil à 7h, au taquet. On y croit !
  • Bien manger ! Primordial !! Et j’aurais presque dû mettre ce point en tête de liste. Quand je parle de ça, il s’agit des repas mais aussi des en-cas. En effet, il ne faut pas hésiter à grignoter du sucré (dans des quantités intelligentes bien sûr) pendant qu’on travaille. Le cerveau consomme une quantité de sucre importante quand il turbine. Or c’est un organe qui est incapable de métaboliser, fabriquer cette source d’énergie indispensable. Je n’ai jamais mangé autant de bonbons et de gâteaux que pendant mes années de médecine, et je n’ai jamais autant perdu de poids en parallèle … CQFD.                                                                                                                                                   Pour les repas, manger équilibré certes, mais aussi des plats réconfortants ! Je ferai un article pour proposer des repas simples mais tellement bon … ! Si vous avez des idées à me fournir en attendant, n’hésitez pas : je suis preneuse.

Bonnes révisions à tous ceux qui sont dedans et bon courage.

Donnez-moi vos astuces aussi pour optimiser votre rendement de travail, ça me ferait plaisir.

À bientôt !

Ségo

Publicités

2 réflexions sur “Partiels = perdition (ou pas ?)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s